La piraterie en Somalie

La piraterie en Somalie

Texte publié sur le site Internet de l’actualité africaine à Montréal, Touki Montréal, le 18 novembre 2009.

Version web sur le site Internet de Touki Montréal

La piraterie en Somalie

Plongez dans les eaux africaines du Golfe d’Aden à la découverte des pirates du 21e siècle avec ce web documentaire didactique.


Proche de la Corne Africaine, des pirates somaliens sillonnent les eaux à la recherche de leur proie. Leur objectif: prendre en otage des marins pour récupérer une rançon, qui peut s’élever à plusieurs centaines de milliers de dollars.

Ces flibustiers des temps modernes entravent le travail des organismes humanitaires. Ces derniers empruntent cette route maritime pour acheminer des vivres dans l’est de l’Afrique, zone de famine et de pauvreté, dans le cadre du Programme alimentaire mondial.

Depuis quelques mois, l’opération Atalante de l’Union Européenne a été mise sur pied pour escorter certains navires aux larges des côtes somaliennes.

France 24 vous propose ce web documentaire pour comprendre les acteurs de ce conflit. Dix tableaux composent ce reportage, réalisé par les journalistes Lucas Menget et Marie-Sophie Joubert.

À travers deux courtes vidéos, l’internaute est tout d’abord entraîné à bord d’une frégate de la marine française, le Floréal. Le bateau suit un navire qui se dirige vers le port de Mogadiscio. Au menu: simulation d’attaque et stratégie de repérage des pirates. La deuxième vidéo vous invite dans l’important port de Mogadiscio. En suivant l’équipe de reporters dans un lieu rarement couvert par les médias, on comprend mieux pourquoi ce port demeure un lieu très dangereux et la plaque tournante des pirates.

Les autres tableaux incluent des photos défilantes et des textes explicatifs. Vous en apprendrez davantage sur ce réseau très bien organisé: leur structure, leurs armes, leur salaire et les différents groupes qui s’affrontent.

Si ce web documentaire donne un rapide aperçu de la piraterie en Somalie, les curieux devront pousser leur recherche. Les internautes pourront d’ailleurs se rabattre sur les liens proposés à la fin du reportage.