Candidats au poste de conseiller de ville dans le district de Snowdon

Candidats au poste de conseiller de ville dans le district de Snowdon

Texte publié dans le journal local Les Actualités Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, édition du 12 août 2009, page 12.

Version pdf

Élections Montréal 2009
Candidats au poste de conseiller de ville dans le district de Snowdon

Carmen Dan – Équipe Louise O’Sullivan

Originaire de Roumanie, Carmen Dan est agente immobilière. Montréalaise depuis près de 30 ans, cette polyglotte est active au sein du monde des affaires et de la communauté culturelle de la métropole.

Les enjeux du district
«Je veux m’occuper de logement social pour la population défavorisée du district. La communauté africaine souhaite avoir un parc au coin de McKenzie et Victoria. Ce n’est pas une gang de rue, mais des familles qui aiment s’y retrouver pour jouer à des jeux de société.
Il y a des intersections dangereuses sur les avenues Clanranald et Coolbrooke. Il faut ralentir la vitesse. Il faut aussi s’occuper des infrastructures routières achalandées, mais pas en maquillant simplement les nids-de-poule.
Enfin, le tourisme est une source de financement à développer. Il y a 130 nationalités dans le quartier qui reçoivent de la visite du monde entier. Je voudrais donc fleurir davantage nos rues.»

Son avis sur les projets immobiliers
«Le projet de Namur-Jean-Talon est extraordinaire et je vais l’appuyer.»

Sa critique face au conseiller sortant
«Le manque de propreté. Les résidants sont mécontents. La collecte des poubelles n’est qu’hebdomadaire. Je propose de l’augmenter à deux fois par semaine.»

Daniel Grenon – Projet Montréal

Daniel Grenon est spécialisé en technologie de l’information et en télécommunications. Résidant dans le quartier depuis 2 ans et demi, ce fervent cycliste s’implique dans des projets favorisant l’utilisation de ce mode de transport.

Les enjeux du district
«Je souhaite atténuer la circulation dans les rues résidentielles, en modifiant le stationnement. En alternant le côté du stationnement en diagonale, on brise la perception d’une longue ligne droite. De plus, les travaux de réfection sur les routes semblent interminables. Pour les contrats de soumission, comme pour le déneigement, on cherche les plus bas prix plutôt que la qualité. Le parc Nelson-Mandela, dans un secteur plus défavorisé, a bien besoin de jets d’eau. Ainsi, on amoindrit les inégalités avec l’aménagement des parcs, même si c’est un travail de longue haleine.»

Son avis sur les projets immobiliers
«On veut en faire des quartiers du 21e siècle avec l’arrivée du tramway en 2012, qui passera par le chemin de la Côte-des-Neiges. Il y a un fort potentiel d’amélioration, en augmentant l’offre du transport en commun et en recouvrant partiellement l’autoroute Décarie.
Pour le logement, on privilégie la formule d’un tiers de logements sociaux, un tiers de logements facilitant l’accès à la propriété et un tiers de logements coopératifs. Il faut augmenter la cohésion sociale, avec la mixité d’utilisation.»

Sa critique face au conseiller sortant
«Je préfère parler de ma plateforme. Je laisse le soin au candidat sortant de promouvoir les idées qu’il n’a pas eu le temps de réaliser durant ses sept mandats précédents.»

Marvin Rotrand – Union Montréal

Marvin Rotrand est actuellement le conseiller de ville pour le district. Il est aussi vice-président de la STM. Il est impliqué en politique depuis 27 ans.

Les enjeux du district
«Je veux continuer à atténuer la circulation en installant des dos d’âne dans les rues résidentielles. Ces rues devront aussi être repavées.
Je désire mettre de l’avant le caractère multiculturel du district en favorisant les liens entre les communautés et l’arrondissement.
Nous devons aussi installer un ascenseur au métro Snowdon et rénover la station Côte-Sainte-Catherine. Ensuite, nous devons améliorer le chemin Queen-Mary en le repavant et en ajoutant des bancs et des poubelles. Les commerçants devront aussi collaborer. Enfin, je souhaite que l’arrondissement au complet se dote de stations Bixi.»

Son avis sur les projets immobiliers
«Je souhaite que le secteur Namur-Jean-Talon se développe autour du logement. Quand le gouvernement enlèvera la piste de course de l’hippodrome, nous devrions aussi y faire du développement résidentiel.»

Sa critique face aux autres partis
«Vision Montréal ne promet aucune vision pour la ville. Leur programme est improvisé et plusieurs communautés ethniques ne sont pas d’accord avec leur idée de centralisation.
Projet Montréal propose des dépenses illimitées sans solutions pour les financer. Ils veulent construire le tramway en 2012, mais il ne spécifie pas comment le financer. Un tel projet est impossible à réaliser en un si court laps de temps.»

Frédéric Tremblay – Vision Montréal

Frédéric Tremblay a étudié en urbanisme. Récipiendaire du prix Personnalité premier cycle de l’UQAM pour sa réussite universitaire et son implication dans la vie étudiante, M. Tremblay a fait un stage comme chargé de projet en urbanisme pour le Cirque du Soleil.

Les enjeux du district
«Dans le secteur, des communautés ethniques ont pour habitude de se réunir en groupe, dehors. Certains passants pourraient croire que ce sont des gangs de rue, mais c’est juste de l’ignorance. Car si vous discutez avec eux, vous vous rendrez compte que c’est une habitude culturelle. Il faut mettre en valeur la diversité. De plus, le chemin Queen-Mary ressemble à un amalgame de restaurants et de cafés, qui ouvrent et ferment les uns à la suite des autres. Et sur la rue Victoria, on a mis de l’asphalte, mais aucun banc ni poubelle.»

Son avis sur les projets immobiliers
«Pour Namur-Jean-Talon, il y a une politique d’obscurantisme. J’ai passé du temps sur le site Internet de l’arrondissement et je n’ai rien trouvé. Il manque de logements sociaux. J’imposerais jusqu’à 30 % de logements sociaux et abordables. Il ne peut y avoir que des condos, il faut de la mixité.»

Sa critique face au conseiller sortant
«M. Rotrand est là depuis 26 ans. Avec son emploi comme vice-président de la STM, il a délaissé le district. Moi, je serais le candidat de la disponibilité. J’écouterais les citoyens, je leur parlerais, je les consulterais.»