Valse de vélos autour du parc Lafontaine

Valse de vélos autour du parc Lafontaine

Texte publié dans le bulletin du Réseau québécois pour la simplicité volontaire, Simpli-Cité, vol. 9, no 2, été 2008, page 7.

Version pdf

Valse de vélos autour du parc Lafontaine

Un lundi matin printanier. Casque sur ma tête, mains gantées sur le guidon, je suis prêt. Aujourd’hui, c’est décidé, c’est la course : voiture ou vélo, qui va l’emporter?

Me voilà sur la rue Sherbrooke, en direction du centre-ville. J’ai repéré mon concurrent: le conducteur d’une Pontiac de couleur rouge. La circulation devient dense, les autos sont pare-chocs à pare-chocs. Je pédale, pédale, pédale, si pressé de passer la ligne d’arrivée et de mériter la médaille.

Et puis… Je décide de bifurquer à droite et d’emprunter la piste cyclable sur la rue Gauthier. Les enfants s’en vont guillerets, sacs dans le dos. Petits cris de joie et grands sourires de bonheur sur le chemin de l’école. Après l’obstacle de l’avenue Papineau, emboucanée d’émanations automobiles, la verdure du Parc Lafontaine m’attend paisiblement. Un homme, assis sur un banc, lit un roman. Un groupe de femmes nomades font leur séance d’exercices physiques, petit tapis bleu en bandoulière. Cette autre personne promène son chien. Je croise aussi l’écureil blanc du parc. Est-ce le même que je vois ici chaque été depuis 5 ans?

Le temps semble s’être arrêté. Même si les vélos valsent en silence autour du parc, sur la piste cyclable. Même si les coureurs transpirent autour du lac. En fait, c’est le temps de la performance et du rendement qui semble s’être arrêté. Ici, on vit l’instant présent. On est en contact avec la nature, on profite du temps radieux. Chaque seconde se vit dans la chaleur du vent, dans le bleu du ciel, dans le chant des oiseaux, dans le parfum de l’herbe, dans le goût de la vie. J’ai même l’impression que mon odomètre indique une vitesse… négative!

Puis, je sors du Parc Lafontaine, apaisé. Prêt à poursuivre ma journée. Et le conducteur de la Pontiac rouge? Peut-être déjà arrivé à bon port. Certainement stressé.