Un pour tous, tous contre elle?

Un pour tous, tous contre elle?

Texte publié dans le journal de la Simulation du Parlement européen Canada – Québec – Europe (SPECQUE), PerSPECQUEtives, volume 11, 25 août 2008, page 3

Version pdf

La Gauche unie
Un pour tous, tous contre elle?

Critiquer. S’opposer. Revendiquer. Clichés ou pain quotidien des eurodéputés de la Gauche unie (GU)? À en croire la ligne de parti, dictée par leur chef Benjamin Gras, la GU souhaite «apporter un débat perpétuel lors des séances plénières et des travaux en commission».

Et les points sujets à polémique sont nombreux pour ce parti, situé à l’extrême gauche de l’hémicycle specquois. Pensons-y: une rencontre entre l’Union européenne et la Russie, à l’heure où cette dernière est engagée dans le conflit géorgien. La GU espère fortement que les questions d’ordre économique n’éclipseront pas celles des droits de l’homme au pays de Gazprom.

Autre sujet de discorde, la pauvreté. Les gauchistes s’imaginent mal l’éradiquer sans «calmer un capitalisme fou et effréné». Pour eux, seul un «changement radical dans les rapports sociaux permettra de placer les citoyens et les travailleurs au centre des préoccupations politiques».

Quant au statut de la Société européenne, Benjamin Gras voit «d’un oeil inquiet cette proposition?». Il rappelle qu’assouplir les règlements au niveau européen augmenterait le nombre de travailleurs en situation précaire.

La GU surveillera aussi très attentivement les discussions sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics, afin «d’éviter que différents lobbys ou points de vue libéraux et capitalistes puissent mettre en péril le devenir de ce texte primordial», selon la ligne du groupe.

À n’en pas douter, les gauchistes seront d’attaque pour défendre leurs idées. À tout prix.