Lever de rideau à l’Assemblée nationale

Lever de rideau à l’Assemblée nationale

Texte publié dans le journal de la Simulation du Parlement européen Canada – Québec – Europe (SPECQUE), PerSPECQUEtives, volume 11, 24 août 2008, page 1

Version pdf

Que la Specque commence…
Lever de rideau à l’Assemblée nationale

Pendant qu’à Pékin, les sportifs internationaux terminent leurs compétitions, à Québec s’ouvre la 11e édition de la Specque. Des délégations d’étudiants d’Europe, du Québec et du reste du Canada se réuniront autour d’un thème: la politique européenne.

Plus d’une centaine de participants sont attendus au luxueux hôtel Château Laurier dans la haute-ville. Italiens, Roumains, Allemands, Français, Belges, Espagnols, Canadiens et Québécois simuleront pendant une semaine les travaux du Parlement européen. Ces débats auront lieu au Salon bleu de l’Assemblée nationale, là où siègent les députés provinciaux.

«La Specque, il faut la vivre à fond : prendre la parole, parler aux gens et ne pas rester seul dans son coin pour observer, conseille Jean-François Lisi, Président du CE, aux nouveaux Specquois. Si, dès lundi, on n’essaye pas d’intervenir, d’y aller à fond la caisse, on manque une partie de l’expérience.»

L’objectif est double. Tout d’abord, mieux comprendre le fonctionnement des institutions européennes et les grands enjeux de l’Union européenne. Mais s’il fallait résumer la simulation en un mot, Jean-François Lisi choisirait l’adjectif «amusant».

Quatre textes seront à l’étude. La fumée secondaire nuit à la santé physique des Européens et à celle économique des États. Une Directive concernant l’interdiction de fumer dans les lieux publics sera donc présentée.

Les relations avec la Russie sont tendues. Pensons aux événements en Géorgie. Une Communication du Conseil des Ministres relativement aux relations économiques entre la Russie et l’Union Européenne soulèvera des enjeux importants entre ces deux partenaires.

Une Directive relative à la société européenne devrait faciliter la coordination des législations de chaque État et le marché intérieur de l’Union européenne.

Enfin, l’Europe sociale sera au rendez-vous avec une Communication du Conseil concernant une Union Européenne sans pauvreté. Il sera entre autres question d’un revenu minimum de soutien.

Jean-François Lisi souhaite que tout le monde, participants comme organisateurs, profitent au maximum de leur semaine. Mais attention, il met en garde: «Que personne ne finisse la Specque avec peu d’heures de sommeil… à part si c’est volontaire!»

Créée en 1998 par des étudiants de la maîtrise en relations internationales de l’Université Laval, la Specque revient pour la troisième fois à Québec. En effet, difficile d’éviter la ville qui fête cette année le 400e de sa fondation par Samuel de Champlain.