Paule Beaugrand-Champagne quitte le monde du journalisme

Paule Beaugrand-Champagne quitte le monde du journalisme

Article  écrit pour le cours Méthodes journalistiques, du Certificat en journalisme à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal, à l’hiver 2008.

Paule Beaugrand-Champagne quitte le monde du journalisme

«Je prends ma retraite le 29 février 2008», a annoncé hier Mme Paule Beaugrand-Champagne, l’éditrice de la revue L’actualité. Après 45 ans de métier, la journaliste ne souhaite plus avoir de programme préétabli. «Je veux ma liberté entière et totale», explique cette femme de conviction qui a longtemps défendu la télévision publique.

Son passage à Télé-Québec a été un moment marquant de sa carrière. En 2002, elle est nommée présidente-directrice générale par le premier ministre Bernard Landry. Un geste partisan? «Je n’ai jamais voulu faire de politique», se défend-elle. Mme Beaugrand-Champagne et son équipe ont réussi à «rejoindre des gens qui ne regardaient pas les émissions d’information». Selon elle, certaines émissions diffusées par Télé-Québec ne peuvent l’être ailleurs, car elles sont «commercialement non vendables».

En 2003, le gouvernement libéral arrive au pouvoir. Deux ans plus tard, Line Beauchamp, ministre de la Culture et des Communications, la licencie, un an et demi avant la fin de son mandat. Auparavant, la ministre a reçu le Rapport Bédard, qui propose de confier la production de Télé-Québec au secteur privé. Mais Mme Beaugrand-Champagne lui propose un tout autre plan, avec arguments et analyses à l’appui, évitant ainsi les coupures de postes. «J’ai tout fait pour la convaincre», rappelle Mme Beaugrand-Champagne. Le silence de Mme Beauchamp lui fait conclure que sa réponse est catégorique: «c’est non».

La journaliste ne pense pas avoir été un bouc émissaire. Elle croit plutôt qu’il n’y avait pas de place pour être en désaccord avec un gouvernement qui allait à l’encontre de la télévision publique. «[Ma démission] m’a donné un coup assez dur, j’ai tellement mis dans Télé-Québec. J’y ai même laissé une partie de ma santé», spécifie celle qui a survécu à un cancer du sein à l’été 2005.

Après ce dur épisode, Mme Beaugrand-Champagne a pensé à la retraite. «Mais il faut être mentalement prête». Et elle l’est maintenant. Après tant d’années à gérer un calendrier chargé, la journaliste veut profiter des prochains mois. «Les loisirs l’emporteront sur le travail». Mais elle ne dit pas non à quelques offres dans le domaine, «contractuels, à court terme et agréables».