Alarmes incendie aux Rockhill

Alarmes incendie aux Rockhill

Texte publié dans le journal local Les Actualités Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, édition du 3 novembre 2010, page 14.

Version pdf

Alarmes incendie aux Rockhill

Depuis plusieurs semaines, les résidents des Appartements Rockhill sont incommodés par de nombreuses alarmes incendie. «Cela arrive au moins une fois par semaine», explique Guy Bélanger, qui demeure dans le bloc E du 4858, chemin de la Côte-des-Neiges. «Il faut sortir et attendre une dizaine de minutes, le temps que les pompiers arrivent et fassent leur travail.»

Les Appartements Rockhill est un complexe de six immeubles de 15 et 20 étages, situé en face du Cimetière Notre-Dame-de-Grâce, proche du chemin Queen-Mary.

La chargée des communications du Service de sécurité incendie de Montréal, Élise Breault, confirme que les pompiers sont intervenus cinq fois entre le 7 et le 19 octobre, à cause de la fumée dans une chute à déchets.

Un centre commercial jouxte les immeubles résidentiels. Yelena Korenblit y travaille depuis 15 ans, comme employée chez Nettoyeur Y.K. «Il y a eu trois alertes dans le bloc C depuis deux semaines, mais j’ai entendu qu’il y en avait aussi dans d’autres édifices du complexe. Ma sœur habite ici. À chaque alerte, elle doit descendre à pied par l’escalier de secours, car les ascenseurs sont hors service. Puis elle attend dans le hall d’entrée.»

Manon Paradis, la directrice des Appartements Rockhill, explique que la cause de ces petits feux dont la fumée déclenche les gicleurs à incendie est inconnue. Les policiers mènent leur enquête.

Mme Paradis reconnaît que la situation peut être dérangeante pour les résidents. «Ce n’est agréable pour personne d’avoir ça chez soi.» Pour sa part, le résident Guy Bélanger se demande si, «à force de crier au loup, les gens ne vont pas arrêter de sortir de chez eux. On va avoir un problème s’il arrive un gros incendie.» Pour un autre résident, croisé aux abords des Appartements Rockhill, il n’y a rien à craindre. «Ici, c’est sécuritaire, tout est en béton.»