VERT un papier écologique

VERT un papier écologique

Texte publié dans le journal local Les Actualités Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, édition du 14 avril 2010, page 3.

Version pdf

VERT un papier écologique

Parce qu’un arbre se cache derrière chaque feuille de papier, votre journal a décidé de poser un geste pour l’environnement.

À partir de cette édition, votre journal Les Actualités CDN-NDG se voit coiffer d’un nouveau logo écologique en forme d’arbre du FSC (Forest Stewardschip Council).

Cette certification garantit aux consommateurs que le papier utilisé provient d’une forêt qui a été sainement gérée. Elle agit comme une longue chaîne de traçabilité qui permet de suivre tout le processus de fabrication, de la forêt à la scierie, au moulin, à l’imprimeur et au distributeur.

FSC est un organisme international qui regroupe des associations environnementales comme Greenpeace et des industries forestières. Il s’est créé en 1993, à la suite du Sommet de la Terre de Rio.

En tout, 10 principes et 56 critères sont utilisés pour respecter les normes du pays, les droits des peuples autochtones à gérer leurs propres terres, le bien-être social et économique des travailleurs forestiers et des communautés locales, la viabilité économique de la gestion des forêts ainsi que l’impact environnemental moindre, grâce à l’utilisation de produits moins nocifs et à la plantation de nouveaux arbres.

Au Québec, moins de 12% du territoire forestier est certifié par le FSC, alors que l’Alberta et l’Ontario en comptent plus de 30%.

L’imprimeur de votre journal, Payette & Simms, est certifié FSC depuis plus de deux ans. «Cette certification est plus intéressante que le papier recyclé, car elle assure que chaque étape répond à la durabilité des forêts», explique Yves Payette, le président de l’imprimerie.

À Montréal, peu de journaux locaux semblent utiliser la certification FSC. Le groupe Transcontinental Médias est propriétaire de la majorité des journaux locaux sur l’Île. Mais aucun n’est certifié FSC.

De plus, ce papier recyclé se compose essentiellement de résidus de la forêt et de fibres recyclées post consommation. L’utilisation d’un tel type de papier est reliée directement à la sauvegarde des arbres, ce qui favorise la prospérité de nos forêts.

En plus de la certification et de l’utilisation d’un papier écologique, Payette & Simms a lancé il y a un an la marque Pure Impression. Cette nouvelle technologie permet d’atteindre un objectif de zéro émission de composés organiques volatils (COV) dans ses procédés d’impression.

«Nous avons choisi de nous attaquer à tous nos impacts sur l’environnement et sur la santé de nos employés et de la communauté», précise l’imprimeur Yves Payette. «La réduction à zéro de nos émissions de COV et l’utilisation de produits nettoyants non toxiques nous permettront d’avoir un impact à la fois sur la santé de la planète et sur celle de nos employés.»

Les COV contribuent notamment à affecter la qualité de l’air et favorisent la création du smog. Selon des chiffres publiés par la ville de Montréal, les industries chimique, pétrochimique, du textile et les imprimeries comptent pour près de 25% des sources d’émissions de COV.