www.RueMasson.com

www.RueMasson.com

Texte publié dans le journal des étudiants aux Certificats en journalisme et en rédaction de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal, Le Reporter, volume 11, numéro 2, mars 2010, page 6.

Version pdf

www.RueMasson.com

Ils sont cinq. accros au quartier Masson. Et aux nouvelles technologies. Rencontre au format Twitter. Maximum 140 signes par paragraphe.

David Bruneau, formateur en entreprise
hysterie9: 36 000 habitants, 6 cafés, 12 débits de boisson, 15 parcs, 4 karaokés, 2 jean coutu, 1 bingo, 2 pawnshops,100 ruelles, 1000 histoires.

Cécile Gladel, journaliste indépendante
cecilegladel: C ’est sur Masson que j’ai réalisé un rêve. Celui de trouver ma ville, mon quartier, ma communauté et des voisins réels. J’habite mon rêve.

Stéphanie Lalut, rédactrice en chef de la revue Quatre-Temps
stephanielalut: Cette rue, ce quartier, c’est simplement où l’expression «rentrer à la maison» retrouve le sens qu’elle avait perdu depuis trop longtemps.

Lisa Marie Noël, journaliste indépendante
lisamarienoel: Les nouveaux bus-accordéon du boulevard Saint-Michel sentent encore le char neuf.

Éric Noël, coursier
(le seul à ne pas avoir encore de compte Twitter!): Pour moi, une vie de quartier trépidante et l’assurance de toujours avoir un Hot-Dog Masson à proximité!

#RueMasson.com
hysterie9: L’été passé, on rêvait de créer un blogue sur le quartier. Ça a pris du temps, mais voilà, c’est fait!
lisamarienoel: Le Vieux-Rosemont est un quartier intéressant, mais vraiment méconnu.
hysterie9: Et la rue Masson a beaucoup changé en quelques années.
cecilegladel: #RueMasson.com, c’est le nouveau parvis de l’église virtuelle. Mais on parle de choses bien réelles. En partageant sur le quartier, on va aussi connaître davantage nos voisins.

#VieDeQuartier
hysterie9: C’est difficile de trouver de l’information sur le quartier sur Internet.
cecilegladel: On est dans le renouveau des médias. On fait du micro-local. Et avec #RueMasson.com, on veut provoquer les rencontres dans le quartier.
stephanielalut: On souhaite mettre l’accent sur le contenu, avec des concepts difficiles à vendre. Par exemple, un long article sur les églises du quartier.
cecilegladel: On est indépendant, sans revenus financiers. On peut donc écrire ce que l’on veut. On est neutre.

#JournalLocal
lisamarienoel: J’aimais lire le journal local. Mais j’ai mis un autocollant pour ne plus recevoir le publisac. Et comme il est inclus dedans…
stephanielalut: Le journal local est plus standardisé. C’est un avantage, mais je trouve qu’il manque «d’âme». Nous, on veut de la couleur.
hysterie9: On veut mélanger édito et info.
stephanielalut: Tout en restant journaliste quand on publie. Donc, place à l’opinion, mais pas seulement.

#PolitiqueMunicipale
cecilegladel: La politique municipale fera partie de #RueMasson.
stephanielalut: J’espère que ça incitera les résidants à s’y intéresser car c’est généralement peu suivi.
cecilegladel: Mais on n’a pas d’affiliation politique. On voudrait juste que les gens aillent voter, comme tout bon citoyen!

#NouvellesTechnologies
stephanielalut
: Avant, il fallait être un spécialiste pour créer du contenu Web. Maintenant, c’est assez facile d’avoir un rendu beau et professionnel.
lisamarienoel: Par la suite, on veut faire des photoreportages, des diaporamas.
stephanielalut: Comme journaliste, utiliser les nouvelles technologies, ce n’est pas si différent. Ça va plus vite, mais ça reste de l’écrit finalement.