Un don pour l’habitation

Un don pour l’habitation

Texte publié dans le journal local Les Actualités Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce, édition du 3 février 2010, page 3.

Version pdf
Version en ligne sur le site Internet des Actualités Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce

Un don pour l’habitation

Marvin Rotrand a contacté le gouvernement provincial afin que Montréal récupère gratuitement les terrains de l’Hippodrome. « Je suis très préoccupé par ce dossier qui se déroule dans mon district », rappelle le conseiller municipal de Snowdon. « C’est un non-sens qu’un site aussi intéressant, en plein milieu de la ville, reste vacant aussi longtemps. Ailleurs, les pistes de course de chevaux ont déménagé à l’extérieur des grandes villes. Et les terrains sont redéveloppés pour des logements, des commerces, etc. ».

Depuis plusieurs années, il n’y a plus de courses de chevaux à l’Hippodrome de Montréal. Québec a mandaté Attractions Hippiques pour gérer ces terrains. Des appareils de loterie vidéo ont même été installés pour engendrer des revenus. Mais la compagnie du sénateur Paul Massicotte a officiellement fait faillite la semaine dernière. Le gouvernement provincial cherche maintenant d’autres solutions.

Il y a deux semaines, l’élu municipal a écrit au député provincial de son district. Raymond Bachand, aussi ministre des Finances, est actuellement en consultations prébudgétaires. Mais tout ne semble pas gagné. « Je ne suis pas certain que Québec va accepter, car le lobby de l’industrie des chevaux veut que l’activité se poursuive à Montréal », avoue Marvin Rotrand. « Mais je suis ouvert aux négociations. »

Duel avec le lobby des courses hippiques

Un regroupement d’investisseurs souhaite relancer l’industrie. Club jockey du Québec a obtenu récemment une licence de la Régie des alcools, des courses et des jeux. La compagnie aimerait bâtir, dans les années à venir, un grand hippodrome dans la région montréalaise. L’Association Trot et Amble du Québec, qui regroupe les intervenants de l’industrie des courses hippiques, pense qu’il faudrait considérer le terrain de l’Hippodrome de Montréal.

« L’arrondissement de CDN-NDG et Montréal ont clairement indiqué dans le Plan d’urbanisme qu’un des objectifs était de freiner l’étalement urbain en offrant plus de logements, afin de garder les familles sur l’île », explique Marvin Rotrand. « Le problème, c’est que la Ville n’est plus propriétaire des terrains, vendus par l’ancienne administration Bourque. Le parti Vision Montréal a fait à l’époque une erreur majeure au détriment des Montréalais. »

Selon le conseiller de Snowdon, offrir gratuitement le terrain à Montréal serait une façon pour Québec d’aider financièrement la métropole. « Comme le gouvernement Charest n’a pas beaucoup d’argent, cette donation serait, à mon avis, une idée valable pour permettre à Montréal d’atteindre ses objectifs sans demander un chèque supplémentaire. »

Si le projet va de l’avant, l’élu assure qu’il y aura des consultations publiques. « On va travailler avec le milieu et l’industrie pour redévelopper le site. On veut des logements pour toutes les populations : les aînés, les familles et les personnes à faibles revenus. » Marvin Rotrand ajoute que ces terrains pourraient accueillir de 10 à 12 000 personnes. Pour chaque grand projet à Montréal, la Ville s’engage à bâtir 30 % de logements sociaux et abordables.